BELLANGER JEAN-BAPTISTE, SOLDAT 2e CLASSE

94e RI

<= REVENIR
A LA PAGE PRECEDENTE




Jean-Baptiste Bellanger est né le 28 avril 1891 à Sainte-Gemmes-d'Andigné dans le Maine et Loire. Son père s'appelait Jean Bellanger et sa mère Marie Massé. A 18 ans, il travaillait comme domestique de ferme. Etant enfant, il a certainement passé plus de temps a la ferme que sur les bancs de l'école,car il savait lire mais avait des difficultés à écrire. Il habitait dans une ferme qui se situait à Sainte-Gemmes-d'Andigné.

Il était marié avec Louise Vignais et il a eu un fils qui s'appelait Louis, vers 1911. Sa vie de famille fut courte : Il fait son service militaire à partir du 10 octobre 1912 loin du Maine-et-Loire. Il était soldat dans le 94° régiment d'infanterie de Bar-le-Duc. Il devient soldat de 1ere classe le 1er octobre 1913.

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale le trouve toujours à la caserne. Il suit son unité dans les transports qui l'amènent à Verdun. Il va être de tous les combats de son unité. Autour de Verdun jusqu'au 25 août, dans la Marne notamment lors les furieux combats des marais de Saint-Gond, puis dans la poursuite des Allemands qui suit la bataille de la Marne. Fin septembre, il est dans la région de Reims et combat pour la reprise du fort de la Pompelle.

En octobre le régiment est transféré en Belgique et combat autour de Dixmude. Mi-novembre, le régiment ne compte plus que quelques centaines d'hommes valides. Et Jean-Baptiste en fait partie. Le régiment retourne au front. Jean-Baptiste se retrouve à l'hôpital temporaire de Zuydcoote (Nord) : sa fiche Mdh parle de blessure de guerre ; son registre matricule parle de problèmes graves de santé. Il est probable qu'épuisé par les mois de combats, de privations, de vie dans des conditions difficiles, une infection soit la cause de son décès le 8 décembre 1914. Sa fiche SDG indique qu'il a le grade de sergent, mais aucun autre document ne confirme ce fait. Il est tout de même possible qu'il ait été promu vu le peu de soldats qu'il restait.

Son corps repose toujours à Zuydcoote dans la nécropole nationale, carré 1, tombe n° 673.

Il laissait une veuve et un fils de 3 ans qu'il n'a presque pas connu.


MAXIME, mai 2007.

La sépulture de Jean-Baptiste Bellanger (photographie de A. Malfoy, mai 2008)

Sources :

Archives départementales du Maine-et-Loire, R 1271.
Anonyme : Historique du 94e Régiment d'infanterie, Bar-le-Duc, Imprimerie A. Collot, 1920.